Histoire autour de l'Église Réformée


Issues de deux origines principales, calviniste et zwinglienne, venant respectivement de Jean Calvin et Ulrich Zwingli, les différentes Églises réformées partagent tout de même une origine commune qu'est le Protestantisme. Découvrez quelles sont ces origines ainsi que les étapes du processus d'union dont découle l'organisation et le fonctionnement de cette Église de nos jours.

Le Protestantisme


La Réforme protestante en France dispose d’une double source. Celles-ci ne sont autre que celle en provenance des humanistes avec notamment le cénacle de Meaux ou Cercle de Meaux qui fut fondé en 1521 par le vicaire Jacques Lefèvre d’Étaples à la demande de l’évêque de Meaux, Guillaume Briçonnet, mais aussi celle nous venant des luthériens avec Guillaume Farel ou Martin Bucer. Notons que la synthèse et la structuration de l’Église est due à Jean. Les grandes périodes autour de l’histoire de l’Église réformée commencent en 1520 et termine en 1958, année de l’Édit de Nantes. Sur cette période concordant avec la Renaissance, les idées de Luther et Zwingli arrivent en France et seront approfondit par Jean Calvin. Peu après les Guerres de Religion débutent (1562-1598) opposant les catholiques aux protestant avec notamment le massacres de la Saint-Barthélemy en 1572. Promulgué par Henri IV, l’Édit de Nantes garantit des droits politiques et militaires aux protestants tout en leur interdisant toute expansion religieuse. Les rois de France Louis XIII et Louis XIV entameront ces droits et finalement, Louis XIV révoquera l’Édit de Nantes en 1685. A partir de cette période, le protestantisme est interdit, les pasteurs sont exécutés et les temples rasés, cette période de 1685 à 1787 est appelée le « culte au Désert ». Avec l’arrivée des Lumières, le protestantisme sera de nouveau toléré en 1787 puis libéré en 1789. Les Églises réformées et luthériennes sont réinsérées dans la société et réorganisées par les « Articles Organiques » de 1802. Le protestantisme en France est devenu une famille spirituelle égale aux autres depuis 1905, depuis, la Séparation des Eglises et de l’État, elle s’organise autour de la Fédération Protestante de France et les différentes familles réformées s’unirent en 1938 autour d’une Déclaration de Foi commune.


Le processus de l'union


Le premier processus d'union engrangé par l'Église réformée de France date de 1938, celui-ci rassemblait quatre unions d'Églises réformées et méthodistes. Les principales étapes de cette union sont les suivantes : en 1960 à l'assemblée du protestantisme français à Montbéliard, le pasteur Georges Casalis intente l'idée d'une Église évangélique unie, c'est aussi à ce moment-là que les Quatre bureaux, instance commune de dialogue entre les autres Églises luthériennes et réformées est créée. En 1968, la rédaction des Thèses de Lyon aboutit et porte sur le statut des Écritures et de la Parole de Dieu, le baptême et la cène. En 1969, les Quatre bureaux deviennent le Conseil permanent luthéro-réformé, une instance bien plus formelle devant laquelle les Églises se rencontrent. En 1973, La Concorde de Leuenberg est adoptée par l'ensemble des Églises d'Europe. En 2001, le synode national de l'Église réformée de France et en 2003, le synode général de l'Église évangélique luthérienne de France demandent une plus grande visibilité de la communion entre ces deux Églises. En 2006, les alsaciens créent l'Union des Églises protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL). Le conseil Le Conseil permanent luthéro-réformé est renommé en « Communion protestante luthéro-réformée » en 2007 puis en 2012, les textes fondateurs de la future Église protestante unie de France sont votés et enfin, en 2013, le premier Synode national de l'Église protestante unie de France, communion luthérienne et réformée, se tient à Lyon.


L’Église protestante unie de France


L'Église protestante unie de France rassemble l'Union de l'Église réformée de France et l'Église évangélique luthérienne de France sous un même nom depuis 2012. Ces deux églises naquirent dans le mouvement de la Réforme au XVIème siècle et sont membres fondateurs de la Fédération protestante de France, créée en 1905. S'inscrivant dans une dynamique commune, elle fut fondée pour rassembler la diversité dans les traditions luthériennes et réformées dans une volonté de rassemblement des savoirs. De nos jours, l'Église protestante unie de France rassemble environ 500 pasteurs dont un tiers de femmes, cela pour 480 paroisses et 1100 lieux de culte présents dans 9 régions avec environ 250.000 participants à la vie de l'Église.